Love is in the air

Comme j’ai l’habitude de dire : je ne recule jamais devant la facilité. Je n’allais donc pas rater cupidon de ma flèche sarcastique en ce moment où il si facile à viser : il est partout !

Eh ouais, voici venue, une fois encore, la Saint-Valentin ! On a beau faire, ça revient chaque année. Peut-on croire que cette fête est répertoriée dans les fériés Suisses qui s’affichent dans mon agenda du bureau !? Quelqu’un, quelque part, a élevé cette journée ridicule au rang d’un lundi de Pentecôte ou d’un jeudi de l’Ascension !

Parmi toutes les fêtes que compte le calendrier commercial occidental, la Saint-Valentin est de loin celle qui m’agace le plus. Je n’aime pas trop « les fêtes » de manière générale ; je ne les comprends pas vraiment ; certaines m’ennuient, me laissent indifférente, ou un peu perplexe – Halloween, est-tu là ? certaines me font au moins sourire ou plaisent à mes papilles – je pense aux oreilles des lapins de Pâques Lindt, par exemple. Mais la Saint-Valentin … franchement, l’origine-même de cette fête est complètement fumeuse.

Et que l’on n’essaie pas de me servir la pitié de mes amis en couple, qui me regardent avec condescendance et me reprochent de penser comme ça parce que je ne suis, moi, pas en couple. Parce que je suis 1 et pas 2, parce que je suis impaire et pas une paire. J’ai connu ça, moi aussi, et les souvenirs que je garde de la Saint-Valentin en couple ont encore un goût très rance. Je suis honnêtement heureuse d’avoir pour seul projet, ce soir, de rentrer tranquillement chez moi, de me nourrir, de faire ma vaisselle, de lire, de m’abrutir devant la télé, …

Oui, je me souviens bien de ces restaurants réservés péniblement à la der – parce qu’il faut bien faire quelque chose pour marquer le coup ! De ces salles pleines de gens, on y rajoutait même des tables pour mettre encore plus de monde ce jour-là ; de cette ambiance tout sauf intimiste ou romantique, du service stressé, de la cuisine moyenne, des cadeaux vides de sens. La sortie au restaurant elle-même vide de sens. Tant de peine parce qu’un pauvre garçon avait peur de faire défaut à sa copine, avait peur de ne pas faire comme les autres. C’est d’un triste … et tout de suite, il fallait bien s’habiller, épater, non pas son chéri mais surtout les autres, parce que c’est bien connu, au restaurant, on regardera autant sa moitié que les autres pleins. On comparera la tenue et la teneur de chaque autre couple, lui, là, avec sa chaise à moins d’un mètre de ma chaise, comme si on faisait un dîner à quatre.

Je me suis demandé quelle réponse j’aurais si je tentais de réserver une table pour une personne un soir de Saint-Valentin ; je mise sur : désolé, Madame, nous gardons cette table pour un couple, deux personnes qui vont nous faire gagner plus d’argent que vous toute seule et qui rempliront correctement tout l’espace disponible autour d’une table. J’ai l’audace de croire que l’on pourrait refuser une personne seule à une table juste pour ne pas mettre mal à l’aise les autres, parce que ce serait bizarre. Vous êtes seule, Madame ? On ne veut pas le savoir, pas aujourd’hui, cachez-vous. En plus d’être niaise, cette fête est d’une hypocrisie !

Vous êtes en couple, vous vous aimez ? Tant mieux, c’est beau, que tombent les confettis !

Faites-en la preuve à tout moment, n’attendez pas que les magasins vous rappellent que ce serait bien de le faire, montrez-le spontanément, disons, le 4 mars ou le 25 juillet !

Que votre tendresse s’exprime par chaque regard, à chaque instant.

Que l’on sente de l’affection sous-jacente même dans une dispute. Disputez-vous par amour, ne vous disputez pas l’amour.

Faites de chaque jour une fête, n’attendez pas que la vie vous prenne par la main.

Moi, hier soir, par exemple : j’ai fait péter le champ’ ! Parce que c’est le genre de choses que je fais, comme ça, j’ouvre une bouteille de champagne pour moi toute seule un lundi soir, si le cœur m’en dit. Pas parce que je m’aime moi-même et que ça me suffit et que je me fête moi-même, etc … ce serait tout autant des bêtises que la mascarade du 14 février. C’est juste parce que j’en ai envie, que ça me fait plaisir, sans autre motif que la légèreté de l’être et mon penchant pour les alcools raffinés.

Alors bon mardi à toutes et à tous … 🙂

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s