« Je n’ai pas le temps ».

Mon texte d’aujourd’hui est une sorte de « réponse collective » à tous ceux qui n’ont pas le temps. Pas le temps de lire, de pratiquer un hobby, de faire du sport, de faire la cuisine ou que sais-je, toutes ces choses qui sont un « à-côté » de notre vie professionnelle et familiale et pour lesquelles nous « n’avons plus le temps ».

Mais qui est donc propriétaire de notre temps sinon nous-même ? Vous me direz que tant qu’on est pas à la retraite, une partie de notre temps appartient à notre employeur si nous sommes salariés ou à nos clients si nous sommes indépendants. Nous leur vendons notre temps.

Mais au final « je n’ai pas le temps » est juste une expression que l’on utilise pour exprimer des choix que l’on a fait plutôt que des minutes ou des heures que l’on a pas. A mon sens, on devrait plutôt s’exprimer ainsi : Je n’ai le temps de faire la cuisine parce que je préfère prendre du temps pour jouer du piano. Je n’ai pas le temps de faire du sport parce que j’ai choisi de travailler à 150% pour avoir un salaire qui me permette de voyager ou parce que mon travail me passionne. Je n’ai pas le temps de sortir aujourd’hui parce que je préfère entretenir le jardin de ma maison qui est en friche. Tout est une question de choix et pas de temps. Nous avons tous 24 heures dans une journée et nous pouvons souvent choisir de quoi nous voulons les remplir.

Prendre le temps

A l’époque de ma grand-mère, faire la lessive prenait une journée entière. Aujourd’hui, on rentre le linge dans le tambour et on appuie sur un bouton. Dans beaucoup de domaines nous sommes assistés par la technologie. Pourquoi avons-nous alors moins de temps que nos ancêtres ? Le temps n’a pas de vitesse. Il ne va pas plus vite qu’avant. Nous avons juste superposés tellement de présents que nous ne prenons plus le temps de faire les choses les unes après les autres. Alors que l’on travaille, le téléphone sonne, on reçoit un mail, quelqu’un nous parle et il y a cette notification qui clignote sur notre smartphone depuis 10 minutes. Le temps ne vas plus vite, il est juste de moins bonne qualité en fait.

Les activités chronophages

Quand je me suis mise à employer sans cesse ce « je n’ai pas le temps » j’ai décidé qu’il fallait faire quelque chose. Que si je n’avais pas le temps de faire un maximum de choses que j’aime pendant le temps qui m’est alloué sur terre j’avais un grand problème de gestion de priorités plutôt que de gestion du temps.

Quelles activités chronophages pourriez-vous réduire ? La télé, les séries, les réseaux sociaux et internet en général sont des occupations très addictives de nos jours. Nous y avons souvent recours par ennui, par réflexe même. Mais est-ce que cela nous enrichit vraiment ? Ne pourrions pas employer ce temps pour faire autre chose ? Faire le grand ménage dans sa consommation audiovisuelle est la première étape. Consommer des contenus qui vous font réellement du bien. Pratiquer des activités qui vous épanouissent vraiment. Pour vous. Pas pour paraître « cool ».

Je vous donne un petit exemple : Vous aimer avoir du monde à la maison mais vous n’avez pas le temps de faire impeccablement le ménage pour inviter. Quelle est donc la priorité ? Vous priver de contacts sociaux en attendant d’avoir le temps de faire le ménage ? Ou lâcher prise et passer du temps avec les gens que vous aimez, même si les fenêtres affichent des traces ? Vous êtes très souvent maître de votre temps. Ne l’oubliez jamais.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s